... les allergies et moi, vive le printemps

Hmmmm, le printemps, célébré par tous les poètes, artistes peintres, écrivains, saison des amours, des jolies fleurs, des belles balades dans la campagne, de la nature qui se réveille, de l'amoureux qui te court après dans un champ de blé.... STOP! Tu parles Charles, ça c'est dans les films.

Virez-moi tout ça, je sens que je gonfle de la gorge, elle me pique. J'ai le nez comme une patate, il coule. Mes oreilles me grattent (oui oui). J'ai des yeux rouges de lapin et bouffis qui me démangent. Je chiale comme une madeleine. Moi qui n'aime pas l'hiver, je serais presque prête à bouffer de la neige et me rouler dedans pour me soulager. Autant vous dire que l'amoureux, il n'a pas envie de me courir après, mais de fuir loin très loin.

En fait c'est simple: tu passes l'hiver à te moucher, et bien tu passes le printemps....à te moucher. Glamour toujours.

AAAAA-TCHAAAA! Ouais, moi quand j'éternue, je fais le cri du mec qui fait une prise de karaté et qui retentit jusqu'au Iles Fidji, c'est plutôt très discret. Même pas la peine de songer à me pincer le nez comme les gentilles filles sages et d'éternuer à l'intérieur, car tout ce qui se fait à l'intérieur, se voit à l'extérieur, dégâts en vue.

Paaaasssse-moi un mouchoir! Et pas dans trois ans.

A tes souhaits! Pfiou. Au premier éternuement, on te souhaite tout le bonheur du monde. Au deuxième, on te regarde avec la tête à étonnement: Encore? A tes amours. Au troisième: Bon ben on ne te souhaite plus rien hein, on va pas y passer la journée. Quatrième: Purée, elle va pas la fermer? Cinquième: On ne te regarde même plus. Elle va crever là, non? Allez, salut!

Obligée de préciser aux gens entre deux éternuements que non, ils peuvent rester avec moi, je n'ai pas la grippe, B..... de M.... ça fait dix fois que je vous le dis, restez avec moi, aimez-moi, ce n'est pas contagieux, ce sont des ALLERGIES, le rhume des foins quoi.

Obligée de me trimbaler le paquet de mouchoirs, quoi que je fasse, où que je sois, je ne sais pas, pourquoi je saigne et pas toi, aah je m'emballe. Ah ça non, pas possible de mettre une jolie robe et de partir à l'aventure comme ça, sans poches, sans sac, malheureuse! J'ai songé au mouchoir coincé dans la culotte, enfin songé, je l'ai déjà fait, ben ouais, mais c'est moyen bof côté chic.

Allez bref, un mauvais moment à passer, m'en vais crever dans un coin moi...SNIF-SNIF.

Retour à l'accueil