... le début du grand cru 2016

Alors nous y voilà.

Finie la cuvée 2015 acerbe, âpre et amère en bouche. On ne veut plus d'une année bouchonnée.

Comme un bon vin, on veut 2016 issue d'un bon cépage, déployant tous ses arômes, vifs et amples, suaves et fruités. On veut prendre le temps d'examiner sa robe, humer, s'enivrer de ses parfums, goûter délicatement pour laisser passer les belles émotions.

Une année qui titille les papilles, avec une pointe d'acidité, légère pour le goût, pour pimenter le temps, charpentée et chaude. On ne veut absolument pas d'une année plate sans saveur, surtout pas agressive ou austère, plutôt piquante, charnue, musquée voire un peu canaille.

2016 devra être à bonne température pour avoir en fin de bouche un bon équilibre, moëlleux, onctueux, noble et franc, généreux et même gouleyant, le bouquet final pour tomber dans une barrique de bonheur.

Une belle année à vous, et à la vôtre!

* nb: l'auteur a écrit ses quelques lignes tout à fait sobrement, malgré la période festive propre à la dégustation (hic).

Retour à l'accueil