... les livres que si tu ne les as pas lus tu as raté ta vie (chapitre 3)

Allez, un petit troisième pour la route! Si vous avez loupé mes précédents posts, vous pouvez toujours vous rattraper ici et .

Sur la route de Jack Kerouac: vendu à 3 millions d'exemplaires "seulement" (hic!) ça aurait dû me mettre la puce à l'oreille .... que dire, ce livre m'a laissée gentiment sur le trottoir, j'ai regardé passer les 600 pages, et voilà voilà. J'ai même dû ronfler dessus un bon paquet de fois, la route était longue, mais longue....trop longue, un peu comme regarder un match de tennis de 6 heures, sous la pluie, entre 2 ados de 13 ans en équipe départementale Trifouilly les Oies/Perpète les Olivettes. Mortel.

Le livre commence par 150 pages de blabla par différents auteurs pour expliquer comment le livre a été écrit au départ: sur un rouleau, sans ponctuation, au gré de la route du narrateur. Il faut savoir que ce livre a mis 3 plombes à être publié car les éditeurs ne le voulaient pas en l'état, tu m'étonnes! Il n'y a aucun paragraphe, pas de chapitre, ni de point à la ligne!

Bref, grand déballage d'analyses incompréhensibles sur la manière dont ce livre a été écrit et examen quasi gynécologique du cerveau de l'auteur et de certains passages du livre qu'on n'a pas encore lus, tout ça il aurait peut-être mieux valu l'éditer à la fin du livre.

On arrive au vif du sujet, déjà fatigués:

On sillonne l'Amérique avec le narrateur, seul ou accompagné, des kilomètres de bitume, vie de bohème, beuveries, sexe, drogues, rock'n'roll, le programme aurait pu me réjouir(!) mais non, je n'en ai rien tiré, la loose complète pour lui comme pour moi, Monsieur est partageur. Il se cherche, explore, rencontre, déprime, transpire, expérimente à toute vitesse, mais bizarrement rien de trépidant, les seuls sursauts étant les miens quand je commençais à m'endormir et baver sur l'oreiller.

Bien sûr je l'ai lu jusqu'au bout, en grande maso que je suis, j'aime me fouetter avec des branches de poireaux (toujours rester bio en cas de soumission, règle principale, Monsieur Grey prends-en de la graine), mais pas de re-lecture prévue, pitié ma punition a déjà été trop grande.

Bref, ce livre, tu l'aimes ou tu le détestes, certains y verront le symbole de toute une génération de beatniks et d'une forme de liberté, je ne vous fais pas un dessin pour mon avis.

Il a cependant été adapté en film avec Kristen Stewart il y a quelques temps (2012) , je ne l'ai pas vu, mais du coup pas trop envie, bien que ça me titille quand même un peu pour voir (là, j'ai prévu des branches de rhubarbe pour me fouetter). Bizarre, non?

Quelqu'un l'a-t-il lu et est encore de ce monde?

Retour à l'accueil