Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

... les 'tis macarons rapides, faciles et sans gluten

Publié le par Flo

... les 'tis macarons rapides, faciles et sans gluten

Ah voilà! Tu encore invité Tata Georgette pour le thé (elle vient un peu trop souvent, non?!), et tu n'as rien sous le coude? Fais-lui ces petits macarons trop bons, faciles, rapides, et sans gluten si ça l'intéresse.

Seulement trois ingrédients que tu vas mélanger en même temps, plus facile y'a pas, tu vas voir, tu vas pouvoir t'en sortir comme un chef.

Regarde-moi donc le résultat, du 100% #gourmandcroquant, du moëlleux à l'intérieur, du craquant à l'extérieur, hmmmmm!

... les 'tis macarons rapides, faciles et sans gluten
... les 'tis macarons rapides, faciles et sans gluten
... les 'tis macarons rapides, faciles et sans gluten

Les ingrédients*:

185 g poudre d'amandes

140g sucre

70g de blancs d'oeufs---> ça correspond à peu près au blanc d'un gros oeuf + un oeuf moyen. On n'a pas forcément sous le coude différentes tailles d'oeufs chez soi, donc pèse les blancs et module en fonction.

Ne jette rien! S'il te reste du blanc, ajoute-le aux jaunes que tu n'as pas utilisés, et garde-les pour ce soir pour faire une petite omelette par exemple!

Malaxe donc les trois ingrédients avec tes mimines, et réalise des petites boules de la taille d'une bonne noix. Dispose-les sur un papier sulfurisé, sur une plaque allant au four, et hop, tu enfournes 15 minutes à 180°c.

Laisse-les refroidir, et déguste avec un bon thé/café/chocolat chaud....

Et si tu as le temps et que Tata Georgette est un peu coquinette sur les bords, fais-lui des bonnes Zézettes de Sète, de bons petits gâteaux à déguster, la recette est juste ici:

... les 'tis macarons rapides, faciles et sans gluten
* je fais cette recette depuis un petit moment. Je ne sais plus où je l'ai pêchée, elle est notée dans mon livre de cuisine, aussi je remercie d'avance son créateur!

-------------------

Je suis toute nouvelle sur Instagram, venez me rejoindre pour partager plein de photos sympas!

Publié dans Cuisine

Partager cet article

...The Mud Day: la boue, la boue, la boue!

Publié le par Flo

...The Mud Day: la boue, la boue, la boue!

Ayéééé, je l'ai fait!

The Mud Day, mais c'est quoi au juste? Pour celles et ceux qui vivent dans une grotte, c'est une course genre parcours du combattant: 13kms, 22 obstacles exactement, pour te dépasser, et tester tes capacités physiques et mentales, seul ou en équipe. En gros, toutes les épreuves de Koh Lanta réunies. Concept très en vogue (comme la Spartan Race, la Ruée des Fadas, la Frappadingue, etc....), j'ai voulu tester, évidemment!

Une équipe de choc (des filles au top, qui m'ont bien soutenues et aidées, big up les filles), et en avant Guingamp!

La particularité du Mud Day? De la bonne humeur, et ce, dès le départ: une vague de plusieurs centaines de participants part toutes les 20 minutes. Musique à fond, des gars acharnés hurlent dans un micro pour te motiver et faire des exercices d'échauffements. "Quel est ton métier? La boue la boue la boue!" Ouais tu hurles ça comme dans une secte, voui voui.

C'est simple, moi j'étais déjà HS avant la course, à faire la cruche à sauter partout, ben oui j'ai le rythme dans la peau, j'ai pas pu m'empêcher. Chaque équipe s'est parée de ses plus beaux atours, on aura le droit dans notre vague à des filles en tutu, ou encore des mecs habillés en costard (si si), en filles, ou en Borat, du plus bel effet pour engager une course comme celle-ci. Tiens c'est cadeau.

clique pour agrandir, patate!

clique pour agrandir, patate!

...The Mud Day: la boue, la boue, la boue!
...The Mud Day: la boue, la boue, la boue!

Le programme?

- de la course: 13 bornes, non négligeables quand tu n'as jamais couru 13 kms (mon cas), sous le cagnard car on a eu très chaud début septembre, à n'en plus finir... Euh, le ravitaillement, il arrive quand?

- des bains de boue: spa grandeur nature, la masseuse en moins, j'ai cherché j'ai pas trouvé. Ben du coup je me suis vautrée dedans bien comme il faut, à coups de glissades, et de faux-pas, il y a des trous partout.

...The Mud Day: la boue, la boue, la boue!

-de l'eau: une aubaine au vu de la chaleur, contente de devoir passer par là (bon à part l'eau de la rivière hyper froide). J'en ai profité pour faire la planche et faire une petite brasse détente (chut, faut pas le dire).

...The Mud Day: la boue, la boue, la boue!
...The Mud Day: la boue, la boue, la boue!

- de la glace: et oui, après le bain sympa, puis la rivière froide, on a eu le droit à un bon bain d'eau glacée (3,25°C annoncés, peut-être un peu plus en admettant que la chaleur nous ait fait gagner quelques degrés). Pas d'autre choix que de passer le corps entier et la tête, brrrrrrrr, ça saisit son homme tout ça. Respiration un peu coupée, parties intimes anesthésiées, il faut retrouver ses esprits pour continuer la course!

...The Mud Day: la boue, la boue, la boue!
...The Mud Day: la boue, la boue, la boue!

- de l'escalade: partout. Des palissades, des palissades inversées, des palissades penchées, des barres, des monticules de boue, bref les bras sont bien sollicités, et ils s'en souviennent.

...The Mud Day: la boue, la boue, la boue!

- des trucs à porter: des seaux de sable. Perso j'en ai pris un, j'ai trouvé le truc, je l'ai mis sur mon épaule à la manière d'un sac à main, c'était la séquence shopping.

- des barbelés sous lesquels ramper. Pas le jour pour faire un bun sur le crâne si tu ne veux pas y laisser ta tignasse.

- des passages dans des tuyaux étroits avec au bout un bon plouf. Claustro s'abstenir.

crédit photo: themudday.com

crédit photo: themudday.com

-de l'électricité: bzzzzzzz, un bon petit coup de jus à la fin du parcours en passant sous les guirlandes électriques. Et Bibi venait de tomber juste avant dans l'eau.... Mes deux neurones se sont touchés direct.

...The Mud Day: la boue, la boue, la boue!

Ce que tu gagnes: la gloire mon ami(e), d'avoir dépasser tes limites, d'être arrivée jusqu'au bout, d'avoir passé une super journée avec ton équipe...ainsi qu'une 'tite médaille du guerrier, un t-shirt finisher, et une bonne grande bière, hic! Ah oui et puis aussi des bleus, et des courbatures le lendemain. Tu deviens une courbature à toi toute seule en fait.

Ce que tu perds: tes chaussettes, irrécupérables. Et pour ma part ta dignité quand tu arrives vers la fin. Pourquoi? Parce que tu as passé tous les obstacles, et que les seuls que tes proches peuvent filmer (parce qu'ils ne peuvent pas suivre tout le parcours), c'est précisément ceux que tu rates! Allez, le ridicule ne tue pas, voici mon exploit:

...The Mud Day: la boue, la boue, la boue!

Et plouf!

...The Mud Day: la boue, la boue, la boue!
...The Mud Day: la boue, la boue, la boue!
...The Mud Day: la boue, la boue, la boue!
...The Mud Day: la boue, la boue, la boue!...The Mud Day: la boue, la boue, la boue!
...The Mud Day: la boue, la boue, la boue!

Et au fait, c'est tout nouveau tout beau tout chaud, vous pouvez suivre toutes mes humeurs et mes petites photos sympas sur mon Instagram, abonnez-vous, c'est gratuit, comme le blog! Je vous attends!

Publié dans Blabla

Partager cet article

... la Polynésie: où se loger: les pensions de famille (+ Pension Tupuna) #5

Publié le par Flo

Pension Tupuna- Fare Niau-Huahine

Pension Tupuna- Fare Niau-Huahine

Après une petite pause beauté dans le dernier article ici, je viens t'en remettre une couche avec la Polynésie, et bim, quand y'en a plus, y'en a encore.

Quelques petits conseils pour futurs voyageurs...

Polynésie = Pilotis = prix maxi!

Alors quand tu décides d'y aller, déjà tu fais des économies pendant plusieurs années (notre cas), et tu fais quelques petites concessions, si tu ne veux pas manger des Lustucru le reste de ta vie.

Donc, si c'est ton rêve de loger dans un beau bungalow pilotis sur le lagon de la mort-qui-tue, continue d'y croire, mais réduis ton budget avant.

Comment? C'est simple, tu te gardes les dernières nuits pour que ton rêve se réalise, et pour les autres nuitées, allez hop, ce sera petits hôtels et pensions de famille: petits bungalows sympas dans la végétation au milieu des jardins, en bord de mer, ou pas. Et oui, quelques fois, il y a la mer, mais pas de plage, mais c'est beau quand même, et puis on se balade, on ne reste pas dans son hôtel alors qu'on est à l'autre bout de la terre. Enfin ce n'est que mon humble avis.

Des petits bungalows sans prétention (ni télé), mais très corrects, voire insolites pour certains, comme ce fût le cas à Huahiné à La Pension Tupuna, celle qui nous a le plus marqués:

Nichée dans un jardin tropical luxuriant, un cadre sauvage et authentique, avec des bungalows traditionnels faits de bois et de feuilles tressées (tu as vu, je parle comme dans une brochure). Tu saisis l'idée? Jouer au Robinson, mais version revisitée 2.0, avec électricité et PQ, faut pas déconner.

... la Polynésie: où se loger: les pensions de famille (+ Pension Tupuna) #5
Pension Tupuna- Huahine

Pension Tupuna- Huahine

Néanmoins, comment te dire? Il y a une porte, mais pas de serrure.

Un toit, mais ouvert au-dessus de la fenêtre, preuve en images mes amis.

Ah ça oui, les amoureux de la nature sont comblés. Par contre, pour ceux habitués à fermer à double tour, va falloir se libérer les chakras (j'en suis).

Pension Tupuna- Fare Niau-Huahine
Pension Tupuna- Fare Niau-Huahine

Pension Tupuna- Fare Niau-Huahine

La salle de bain? Douche creusée en pierre, et corail au sol. Ah ça, du coup, pas de commentaires débiles sur Tripadvisor pour dire que les joints de carrelage sont jaunis ou mal faits (je sais de quoi je parle, 15 ans de carrière derrière moi dans le tourisme).

Ne cherche pas le double miroir pour te faire les boutons, le peignoir, les chaussons, ni le petit gel douche Lanvin, c'est douche au savon de Tiaré avec les petits oiseaux qui chantent! Les margouillats (sorte de lézards avec des pattes ventouses rigolotes) s'invitent gentiment au-dessus de ta tête, et d'ailleurs ces bêtes-là poussent des petits cris la nuit, au-dessus de ton lit. Mômaaaann!

Pension Tupuna- Fare Niau-Huahine

Pension Tupuna- Fare Niau-Huahine

Pension Tupuna- Fare Niau-Huahiné

Pension Tupuna- Fare Niau-Huahiné

... la Polynésie: où se loger: les pensions de famille (+ Pension Tupuna) #5
credit photo: album.au féminin.com-chrissandrine44- je ne retrouve pas mes phtos de ces charmantes bestioles

credit photo: album.au féminin.com-chrissandrine44- je ne retrouve pas mes phtos de ces charmantes bestioles

Faut aimer le retour aux sources, la première nuit fût celle de l'adaptation, l'impression de dormir en pleine jungle, d'écouter tous les bruits qu'offre la nature, ... et se faire des films sur ce qui peut entrer ou non dans la chambre; inventaire des animaux d'ailleurs affiché dans le bungalow: "les animaux sont nos amis, vous trouverez donc PEUT-ETRE ...blablabla, j'ai bippé sur le mot scolopendre. C'est juste un énorme mille-pattes vénimeux, truc sympa qui te fait aller direct aux urgences s'il te choppe. Tiens, regarde-moi la bête. Ils l'appellent là-bas le Cent Pieds, ceci explique cela.

Mais si ça peut vous rassurer, pas de serpents en Polynésie, c'est déjà ça de gagné (je les trouve gentiment dans mon jardin en France, voui voui, faudra que je vous raconte un jour).

Pension Tupuna- Fare Niau-Huahine

Pension Tupuna- Fare Niau-Huahine

credit photo: tahitiheritage.pf

credit photo: tahitiheritage.pf

Dingue, finalement, j'ai préféré nager avec les requins (voir article ici) que dormir en companie des blattes, c'est un choix.

Sinon, bien sûr, les moustiques ont été nos plus fervents fans pendant tout le séjour, mais on leur a mis un gros vent à l'aide d'encens, prises, spray corporel et claques bien senties dans leur petite trompe suceuse.

Bref, par ailleurs, la Pension Tupuna fût l'un des meilleurs endroits où l'on ait mangé: la cuisine d'Axel fût simplement succulente et recherchée, servie dans un faré traditionnel, ouvert aux vents et au sol toujours recouvert de corail, le Faré Potee. Un cadre enchanteur, et tellement calme.

Pêche du jour, ainsi que fruits et légumes issus du jardin tropical: pamplemousses, papayes, bananes, taro, uru (fruits à pain), entre autres, et noix de coco of course!

Pension Tupuna- Fare Potée (salle de restaurant)-Huahine

Pension Tupuna- Fare Potée (salle de restaurant)-Huahine

clique pour agrandir la photo, patate!clique pour agrandir la photo, patate!
clique pour agrandir la photo, patate!clique pour agrandir la photo, patate!

clique pour agrandir la photo, patate!

Et bizarrement, pour les personnes atteintes de FOMO (Fear Of Missing Out, la peur de louper un truc sur les réseaux sociaux) une des meilleures connexions wifi toutes îles confondues, un comble! Pour ma part, pas concernée, j'ai oublié tout le monde avec une facilité déconcertante, please forgive me.

Alors oui, il y a l'accès direct à la mer, non ce n'est pas le plus beau lagon, l'eau est trouble et tirant sur le vert/marron, car mangrove juste à côté, mais une expérience unique gravée à jamais dans ma mémoire! Et la mangrove, je trouve ça joli, d'abord.

clique pour agrandir la photo, patate!clique pour agrandir la photo, patate!

clique pour agrandir la photo, patate!

Toutes les pensions furent très différentes, chacune avec leur charme, leurs hôtes, polynésiens ou expat', de belles expériences que l'on ne vit pas dans les hôtels de chaîne plutôt impersonnels. Les transferts aéroport ou port sont assurés pas les pensions le plus souvent, on a donc l'impression d'avoir un transfert privé rien que pour nous, ce qui diffère des bus qui s'arrêtent dans plusieurs hôtels.

Vous n'échapperez pas au traditionnel poisson cru à la tahitienne au lait de coco, un délice (même pour chéri qui n'aime pas le poisson cru d'habitude!) On mange du poisson et du riz pratiquement à chaque repas, servis toujours différemment, et toujours hyper frais.

... la Polynésie: où se loger: les pensions de famille (+ Pension Tupuna) #5
... la Polynésie: où se loger: les pensions de famille (+ Pension Tupuna) #5

Ceci dit, oui, on l'a eu notre bungalow pilotis, bien mérité, non mais! Oui, le luxe, ce n'est pas mal non plus, faut bien se l'avouer...

La suite, dans le prochain épisode! (parce que là je suis consciente que l'article fait 12 kilomètres, pas trop mal aux yeux?).

--------------

NB: je ne fais pas le détail de chaque pension et petit hôtel où nous avons logé; vous trouverez quelques photos ci-dessous. Cependant si vous avez des questions pour un futur voyage, n'hésitez pas à m'envoyer un mail, je répondrai avec plaisir!(c'est l'ancienne agent de voyage qui parle!)

jaivoulutester@gmail.com

Bungalow hôtel Hibiscus- Moorea

Bungalow hôtel Hibiscus- Moorea

hôtel Hibiscus- Moorea

hôtel Hibiscus- Moorea

Pension Ecolodge - Bora Bora

Pension Ecolodge - Bora Bora

Pension Ecolodge - Bora Bora

Pension Ecolodge - Bora Bora

Pension Ecolodge - Bora Bora

Pension Ecolodge - Bora Bora

Pension Ecolodge - Bora Bora
Pension Ecolodge - Bora Bora

Pension Ecolodge - Bora Bora

Pension Hibiscus - Tahaa

Pension Hibiscus - Tahaa

Pension Hibiscus - Tahaa

Pension Hibiscus - Tahaa

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Voyage

Partager cet article

... les produits cheveux Lush: C'est la Base, Big, et Rafistoleur, mon humble avis

Publié le par Flo

... les produits cheveux Lush: C'est la Base, Big, et Rafistoleur, mon humble avis

Lush, on aime ou on déteste: est-ce une marque green, pas green, réalité ou marketing; en l'occurrence, j'aime juste leur originalité dans les senteurs et les textures étonnantes. Pour le reste, il y a du bon et du moins bon dans chacun des produits (parabènes ou non, et autres trucs chelous, c'est selon).

J'ai adopté les yeux fermés leurs shampoings solides, dont j'avais fait l'article ici et .

J'ai donc continué sur ma lancée (bon en fait je me suis fait tout offrir par môman pour mon anniv') et j'ai prêté ma petite tête à ces soins qui ne demandaient qu'à être testés. C'est parti mon kiki:

C'EST LA BASE:

... les produits cheveux Lush: C'est la Base, Big, et Rafistoleur, mon humble avis

Masque-soin AVANT-shampoing pour longueurs ET racines à laisser poser sur cheveux secs au moins 20 minutes, le temps de prendre ton goûter pain-de-mie-nutella faire quelques abdos. Il sent bon la menthe fraîche, tu as l'impression d'avoir le crâne revigoré et les idées plus claires, d'être plus intelligente quoi (c'est juste une illusion, à peine une sensation, comme une bulle de savon, qui s'approche de toi, que tu touches du doigt, puis qui s'en va. Big up à Jean-Louis Aubert, je m'égare, non?). A cela s'ajoute de l'huile essentielle de pamplemousse, orange, néroli, huile d'olive, rien que ça.

Hop on rince, le cheveu est doux tout en ayant pris du corps, parfait pour les cheveux fins.

Problème: il faut la moitié du pot pour recouvrir ta tignasse, cause texture assez épaisse (et encore, j'ai les cheveux fins, et mi-longs). Dommage.

BIG:

... les produits cheveux Lush: C'est la Base, Big, et Rafistoleur, mon humble avis

Shampoing au sel marin, algues, citron vert et une bonne odeur de fleur d'oranger et bien plus encore: tout pour faire un beau plateau de fruits de mer et une bonne margarita.

Texture un peu épaisse et déroutante, les gros cristaux de sel se transforment en une belle mousse au contact des cheveux mouillés. Là encore, si tu as le cheveu pauvre, Big va te revitaliser tout ça en un rien de temps et te redonner un beau volume. Si tu as en plus fait le masque avant, je dirais que la crinière de Beyonce est pour toi.

Problème: du gros sel mélangé à une crème dans tes cheveux, et bien ça donne la moitié dans ta baignoire, donc perte de produit, pas terrible. Alors on y va mollo.

Le cheveu crisse en rinçant, ce qui peut être une bonne nouvelle, mais si tu comptes démêler le sac de noeuds que tu viens de faire, il ne te reste plus qu'à utiliser un après-shampoing . (et je n'ai pourtant que les cheveux fins, et mi-longs, au risque de me répéter). Et oui, le sel, ça assèche un poil (deux, même). Dommage, ça a ruiné l'effet douceur de l'avant-shampoing.

RAFISTOLEUR:

... les produits cheveux Lush: C'est la Base, Big, et Rafistoleur, mon humble avis

Le voilà lui ,comme le Messie pour rattraper tout ça: après-shampoing avec encore une bonne odeur étonnante, comme tous les autres (ça commence à faire beaucoup niveau odeur sur le crâne après les trois produits, mais bizarrement tout finit par bien se combiner, enfin je crois), il adoucit sans ôter le volume qu'on vient de récupérer grâce aux deux produits précédents. Gel d'agar-agar, melon, lait de soja, huile d'avocat et olive, yaourt, encore un bon repas pour nourrir tes jolies pointes.

Mais saperlipopette, je me répète: il faut trois louches de produit pour avoir la sensation de démêler sa tignasse. Rapport quantité/prix: c'est toujours pas ça. Et j'avais eu le même problème avec Retour sur le Droit Chemin, qui est un après-shampoing liquide, en bouteille celui-là.

Conclusion: je garde les shampoings solides car j'adore les utiliser; néanmoins je ne rachèterai aucun des 3 produits ci-dessus même si j'aime leurs odeurs particulières, et le résultat final, parce que franchement, la quantité utilisée*.... et les noeuds dans les cheveux, ça méneeeeeeerve.

Et puis pour tout vous avouer, j'ai cherché bonheur, et trouvé bonheur, dans la marque que je propose en vente à domicile, sans silicones, sans parabènes, sans huiles minérales ni paraffines (pas de pub ici, pas le droit: mais si tu es curieuse et que tu as envie d'en savoir plus, tu peux m'envoyer un petit mail: jaivoulutester@gmail.com)

Conclusion numéro 2: on va continuer à se faire offrir tout de même d'autres produits à tester. Môman, tu es là?

* entre 16 et 19 euros le pot d'environ 250g.

... les produits cheveux Lush: C'est la Base, Big, et Rafistoleur, mon humble avis

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Beauté

Partager cet article

... la lecture de l'été #2: Le premier jour du reste de ma vie, de Virginie Grimaldi

Publié le par Flo

... la lecture de l'été #2: Le premier jour du reste de ma vie, de Virginie Grimaldi

Oh l'autre, "la lecture de l'été".... Oui bon, je vous entends dire que l'été est déjà bien entamé, gnagnagna...et alors? Déjà, il n'est pas fini (à part pour Cosmo, Glamour, Marie-Claire et les fashionistas qui sont sur le pied de guerre pour la rentrée), donc tu peux encore prendre un bouquin et te prélasser comme une feignasse. Et puis dans tous les cas, tu peux tout de même lire, hein, ça ne te fera pas de mal.

Virginie Grimaldi, c'est la chouette nana qui tient le blog Femme Sweet Femme pour celles (et ceux) qui ne connaissent pas. Hein? Tu ne connais pas? Ben va vite faire un tour et prendre ta dose de bonne humeur, ce ne sera pas du luxe. Le dernier post (ici) est exhilarant (oui ça existe Madame, je voulais d'ailleurs écrire "à se pisser dessus" mais j'ai trouvé ça trop vulgaire bizarrement aujourd'hui. Ah? Je viens de le dire?).

Bref, tu peux donc entamer son livre les yeux fermés (c'est une image, sinon tu ne peux pas lire, gniiiii), un roman feel-good comme on les aime, frais, fluide, facile, léger, à lire bien calée dans ton transat, avec le pulco d'un côté, le beignet chaud-chaud de l'autre, et le sourire aux lèvres, parce que la Ginie, elle n'a pas oublié d'y ajouter son humour. Un roman chick-lit pour les amatrices du genre uniquement, certaines le trouveront peut-être bourré de clichés et cousu de fil blanc. C'est un roman-détente, ne vous y trompez pas.

Le pitch?

Marie, elle ne fait pas les choses à moitié: elle prépare un super anniversaire à son mari, et pour ses 40 ans, lui offre le plus beau cadeau: un billet de croisière tour du monde de 3 mois ... pour elle-même! Suuuuurpriiiise! Ciao la compagnie, la vie monotone et le mari volage. C'est peu de le dire, un gros salaud quoi.

Oui non parce que "volage", c'est limite poétique, cela ressemble trop à "voilage"; d'ailleurs cela veut dire "changeant et léger", voilà, voilà. J'imagine le mec au tribunal: "Non, non, je ne suis pas infidèle, je suis juste changeant et léger". Mais je m'égare.

Marie va donc changer d'air sur un gros bateau, et va faire la connaissance de deux femmes, qui elles aussi, sont à un carrefour de leur vie: Anne, la soixantaine, qui a un gros chagrin d'amour, et Camille, la vingtaine, qui veut faire le Tour du Monde en 80 mecs. Ces trois nanas vont rire, pleurer, se remettre en question, et on les suit joyeusement dans leur périple, tout ceci sur fond de Jean-Jacques Goldman (ben voui, ça me parle à moi, mais Maître Gims aurait pu faire l'affaire).

Un joli roman sans prétention et honnête, tout comme j'imagine son auteure!

Publié dans Livres

Partager cet article

... la Polynésie: nager avec les requins, les raies, Némo...et tous les autres #4

Publié le par Flo

... la Polynésie: nager avec les requins, les raies, Némo...et tous les autres #4

Grands moments mes amis!

Ben voui voyons, pas de problème, j'ai déjà du mal avec un chihuahua, alors un requin, les doigts dans le pif.

Mais on y va quand même, parce que bon, on n'est pas venu là pour beurrer les sandwiches.

Bref, en taille de requins, on y est allé progressivement lors d'expériences très différentes.

-Tout d'abord lors d'une sortie en jet-ski (Topjet Mooréa, je vous recommande, Johanna et Gauthier deux jeunes très sympas et professionnels).

On arrive au fameux spot. Les raies viennent de suite à notre rencontre, Gauthier a quelques petites gourmandises pour elles (des crevettes). Magnifique! Un vrai moment sympa. Gauthier propose ensuite de regarder un peu sous l'eau: des requins à pointes noires dans tous les sens. Je reconnais bien là la sournoiserie du requin: même pas vu les ailerons dépasser à la surface de l'eau. Finalement je me prends au jeu et photographie tout ce qui passe de près ou de loin. Ayé, les requins et moi on est potes.

crédit vidéo: jaivoulutester

crédit vidéo: jaivoulutester

crédit photo: jaivoulutester

crédit photo: jaivoulutester

crédit photo: jaivoulutester

crédit photo: jaivoulutester

crédit vidéo: jaivoulutester

crédit vidéo: jaivoulutester

Dommage pour la deuxième expérience que je n'ai pas aimé du tout, à Huahiné: le bateau s'arrête sur une plateforme, et on nous dit de descendre dans l'eau, mais sans dépasser les cordes (pourquoi des cordes? Oui, une corde peut retenir un requin, selon eux, hmmmm bien sûr). Bref, le mec commence à jeter de la nourriture pour attirer les squales, et là, orgie. Les requins se jettent sur les morceaux de poissons. Je n'ai pas du tout aimé cette forme de nourrissage pour attirer des requins qui normalement chassent la nuit, ça faisait un peu cirque.

Pompon sur la Garonne, on est tombé sur un champion du monde, le mec qui fait ça depuis 15 ans, laisse sa main avec le bout de poiscaille dans l'eau au lieu de lancer le morceau. Résultat, je vous le donne en mille: blaireau il s'est fait bouffer la main. Alors bon il a toujours ses 5 doigts, mais il manque un bout de peau. Tout le monde est remonté fissa, tu penses bien. Ahhh, le con. Parce que oui, c'est de sa faute, un requin est un requin, malgré tout.

... la Polynésie: nager avec les requins, les raies, Némo...et tous les autres #4

Je ne suis pas pour ce genre de démonstration, on peut aisément voir toutes les sortes de poissons en milieu naturel en Polynésie, je n'ai d'ailleurs jamais vu autant de requins, de raies, de poissons en tout genre, sans partir en excursions ni en plongée bouteille, à moins d'un mètre de profondeur. Ils sont partout, masque et tuba suffisent pour admirer le spectacle!

D'ailleurs j'avais un radar spécial requins, je les repérais partout! Faut dire que j'avais pas envie de me faire bouffer, j'avais un rêve à terminer....

Alors évidemment, quand il a fallu aller voir les requins-citrons à Bora-Bora, de l'autre côté de la barrière de corail, donc en haute-mer, j'étais un peu échaudée. J'ai entendu plusieurs fois la musique des Dents de la Mer dans ma petite caboche, et me suis répétée: mais non, mais non, pas toi, au pire le requin il a le choix entre 15 personnes, ça ne peut pas être moi ... Bref, les requins-citrons, c'est la taille au-dessus (jusqu'à 3,50m, belle bête), voyez plutôt.

crédit photo: jaivoulutester

crédit photo: jaivoulutester

Bon alors là, on va être clair, quand on te dit avant d'aller dans l'eau que tu ne crains rien, mais bon, qu'il ne faut pas étendre les bras ni faire de l'apnée à l'arrivée d'un requin, ben ça fait trop à réfléchir pour mon petit cerveau de moineau.

Une dizaine de mètres de profondeur, des requins qui ressemblent à s'y méprendre à ceux des dents de la mer, la Flo, elle s'est foutue les deux pieds sur l'échelle, la tronche dans l'eau, et elle n'a pas bougé, au cas où. Quant aux photos et vidéos, c'est chéri qui les a prises évidemment, je voulais garder mes deux mains dispos...au cas où. Oui j'ai monopolisé l'échelle, il en fallait bien au moins une pour ramener le bateau si problème, non??!!

Petit bonus coquin dans la vidéo ci-dessous: sauras-tu reconnaître cette raie polynésienne si particulière? :D

crédit vidéo: jaivoulutester

crédit vidéo: jaivoulutester

crédit photo: jaivoulutester

crédit photo: jaivoulutester

crédit photo: jaivoulutester

crédit photo: jaivoulutester

crédit photo: jaivoulutester

crédit photo: jaivoulutester

Concernant les gros poissons, on n'oublie pas les dauphins. Voir des dauphins dans leur milieu naturel s'éclater en faisant des pirouettes, c'est magique! Bizarrement ce sont les dauphins les plus difficiles à approcher, et c'est tant mieux, laissons-les vivre leur vie. Si on a un peu de chance (et on en a eu deux fois), on les aperçoit pendant les sorties bateau, et ils nous font le spectacle, sauts et cabrioles en tous genres!

... la Polynésie: nager avec les requins, les raies, Némo...et tous les autres #4

Quant aux différents poissons, la découverte était étonnante et grandissante au fur et à mesure des îles! Némo dans son anémone à Huahiné (le seul repéré pendant tout notre voyage), banc de poissons à Bora Bora, et la totale sur les Tuamotu, avec des bancs de poissons et des poissons beaucoup plus gros. Bref, un régal!

... la Polynésie: nager avec les requins, les raies, Némo...et tous les autres #4
... la Polynésie: nager avec les requins, les raies, Némo...et tous les autres #4
... la Polynésie: nager avec les requins, les raies, Némo...et tous les autres #4
... la Polynésie: nager avec les requins, les raies, Némo...et tous les autres #4
... la Polynésie: nager avec les requins, les raies, Némo...et tous les autres #4
... la Polynésie: nager avec les requins, les raies, Némo...et tous les autres #4
... la Polynésie: nager avec les requins, les raies, Némo...et tous les autres #4
... la Polynésie: nager avec les requins, les raies, Némo...et tous les autres #4
... la Polynésie: nager avec les requins, les raies, Némo...et tous les autres #4

Pas vu de raie manta, nous sommes pourtant allés sur les spots concernés, mais tout comme les dauphins, c'est la loi de la nature, nous serons donc obligés de revenir un jour....!

Si tu veux découvrir mes autres articles concernant ce beau voyage, c'est ici, , et encore !

Publié dans Voyage

Partager cet article

... la Polynésie, attention, overdose de bon(ne) h(um)eur! #3

Publié le par Flo

... la Polynésie, attention, overdose de bon(ne) h(um)eur! #3

C'est bien beau de parler de la Polynésie et de montrer les clichés de l'eau turquoise sous toutes les coutures, mais il ne faut surtout pas oublier un point essentiel: les Polynésiens et leur gentillesse qui est loin d'être une légende.

Tu laisses ta fatigue des 24h d'avion et ton air renfrogné quand tu découvres à la sortie de l'avion, alors qu'il est déjà 22h passées, un petit groupe chantant et dansant au rythme d'un ukulele, tout ça avec une température de 25 °C. C'est là que tu sais que ton séjour va bien se passer (enfin, tu le savais avant).

Maeva - Ia Ora Na (Bienvenue-Bonjour), les passagers sont reçus avec un grand sourire et de magnifiques colliers de fleurs, avec tiaré (emblème de la Polynésie) et hibiscus. Certains pensent peut-être que c'est un truc pour touristes: pas du tout, beaucoup de familles polynésiennes accueillent leurs proches qu'ils n'ont pas vus depuis longtemps avec ces fameux colliers, véritable tradition, ce qui donne d'ailleurs de belles scènes de joie émouvantes à voir dans chaque aéroport.

Il en est d'ailleurs de même pour chaque départ, nous nous sommes vus remettre de jolis colliers de coquillage, encore une fois comme dans la tradition: cela signifie que tu peux revenir avec plaisir dans ce beau pays. C'est pas beau ça?!

... la Polynésie, attention, overdose de bon(ne) h(um)eur! #3
... la Polynésie, attention, overdose de bon(ne) h(um)eur! #3... la Polynésie, attention, overdose de bon(ne) h(um)eur! #3
... la Polynésie, attention, overdose de bon(ne) h(um)eur! #3

Et vas-y que je te tutoie, et oui le tutoiement est de rigueur, il n'est absolument pas synonyme de familiarité, c'est tout naturel. Etonnant au départ, mais on s'y fait vite.

Sans compter qu'il n'est pas rare de voir dans les aéroports (et ailleurs) les personnes qui attendent les touristes jouer du ukulélé et chanter dans un coin, juste pour le plaisir d'être ensemble et de partager un moment qui nous parait d'habitude si long. Ô temps suspends ton vol, un vrai bonheur, nos attentes dans certains aéroports ont été exquises! Et pas un petit chapeau pour la pièce, ils n'y pensent même pas.

Je n'ose imaginer dire la même chose en plein Roissy: pas de personnel à tutoyer (essaie donc pour voir), pas de ukulélé, pas de sourire et encore moins de colliers (enfin si, à acheter chez Cartier au Duty Free, ouch).

... la Polynésie, attention, overdose de bon(ne) h(um)eur! #3

Bref, en parlant toujours d'aéroport, pas de paranoïa de la bouteille d'eau ou du dentifrice, pas de contrôle; tu n'as juste pas le droit d'emporter avec toi des feux d'artifice, ni ton taille-haie; ça tombe bien, j'en avais pas ce jour-là, pfiou, le pot dis-donc.

Les gentillesses continuent bien sûr après l'aéroport, surtout sur les petites îles où les jeunes comme les moins jeunes te font de larges signes ou de grands sourires en te croisant, que ce soit à pied ou en voiture. Même les ados, non mais tu y crois, truc de gue-din.

Les jeunes qui laissent passer ta voiture tout sourire alors que tu gênes leur petit foot improvisé sur la route.... va faire ça ici, tu te prends une caillasse. Enfin non c'est pas possible ici, ils sont trop occupés à chasser du Pokémon :D

On s'étonne de tout, et encore plus de la gentille Tina, taxi-woman, qui nous amène au marché de Papeete, nous prend pour des petits jeunes (ce n'est pas pour me déplaire) et nous propose tout naturellement, pour payer moins cher, de prendre le bus pour le retour, au lieu de la rappeler, ce qu'elle n'a d'ailleurs même pas évoqué. Elle m'a scotchée. Si tu trouves la même en France, fais-moi signe. (J'ai ses coordonnées pour les futurs voyageurs).

Bref, vous l'aurez compris, la mauvaise humeur n'est pas de rigueur en Polynésie, et ça fait du bien....

Et vous allez me dire: oh l'autre, elle fait que critiquer la France: mais pas du tout ma bonne dame, je vais vous dire une chose: en rentrant dans ma campagne le 14 juillet, j'ai appelé 9 sociétés de taxis, pas un n'a voulu se bouger les fesses (et elle continue....), et bien pas d'autre choix que de faire du stop, voui voui, après 3 avions, et 2 trains on ne pensait pas galérer à 15 bornes de chez nous, hum.

Et puis bam, miracle, un couple ultra gentil nous a pris de suite, incroyable! (Bon, c'est sûrement grâce à mon minois particulièrement agréable, faut le dire:D).

Comme quoi, tout n'est pas perdu...

NB 1: Je n'ai volontairement pas mis les photos de visages des personnes que j'ai photographiées lors de mon voyage, tout simplement parce que je n'en mets pas de moi, je trouve donc déplacé de mettre en scène d'autres personnes qui n'ont rien demandé. La première photo en en-tête est une photo issue du site Pixabay libre de droit, les autres sont personnelles.

NB2: Si tu as loupé mes deux premiers articles sur mon voyage en Polynésie, c'est ici et . Et à bientôt pour le prochain! (oui tu vas en bouffer de la Polynésie, je te le dis).

Publié dans Voyage

Partager cet article

... la lecture de l'été #1: La Petite Boulangerie du bout du monde, de Jenny Colgan

Publié le par Flo

... la lecture de l'été #1: La Petite Boulangerie du bout du monde, de Jenny Colgan

Quel livre emporte-t-on quand on va à l'autre bout du monde (cf mon voyage en Polynésie ici et , et autres articles à venir)?

Et bien un livre qui parle de bout du monde, un roman feel-good bien sûr, un truc qui se lit vite et bien, sympa, sur lequel on peut s'endormir dans l'avion et reprendre le fil de l'histoire sans relire les dix pages d'avant!

Bon, Le bout du monde évoqué est un peu plus proche puisque l'on parle de l'Angleterre, et plus précisément la région des Cornouailles, cela a son charme, aussi. Si, si...

Le pitch?

Polly ne va pas bien: son mariage et son entreprise font plouf, elle décide donc de laisser sa vie dorée, son appart chic et ses sorties bling derrière elle, part prendre l'air ailleurs, et atterrit à Mount Polbearne, un trou paumé accessible qu'à certaines heures au gré des marées, ben voui on est sur une petite île, rythmée par les sorties des pêcheurs en mer, le vent et les embruns. Brrrrr.

Que peut-elle donc bien faire dans cette galère? Elle se le demande elle-même, dans ce pauvre appart délabré pris sur un coup de tête. Mais contre l'avis de tout le monde, elle va apprendre peu à peu à apprivoiser ce milieu hostile pour faire sien, oser prendre ce virage à 180°C et s'adonner par la même occasion à sa passion: la confection du pain. Des rencontres, de l'amitié, et plus si affinités, des remises en question, des rires, des pleurs, de l'humour, des personnages attachants, un bon melting-pot pour se plonger directement dans ce roman coup de coeur, à la fois réconfortant et plein d'espoir.

Bon, le seul truc c'est que si vous le lisez en ayant faim, ça ne va pas s'arranger, car on sent à travers les descriptifs et les pages l'odeur du bon pain bien croustillant. Mais vous aurez tout le loisir de poser votre livre et de cuisiner, l'auteure a gentiment livré quelques recettes à la fin du livre, pas bête, hein?

Et si vous oubliez de lire ce chaleureux roman d'été, ne vous inquiétez pas, sous un plaid avec un bon thé dans quelques mois, il fera tout aussi bien l'affaire pour réchauffer votre petit coeur!

Publié dans Livres

Partager cet article

... la Polynésie: optimiser la place dans sa valise.#2

Publié le par Flo

... la Polynésie: optimiser la place dans sa valise.#2

Quand on sait que l'on doit prendre plus de 10 avions (nous avons eu 13 décollages et 13 atterrissages pour être précise...dont un que l'on a recommencé deux fois, voui voui, no comment, les roues n'ont pas touché le sol, on est reparti pleins gazs, en plus c'était une femme pilote, je vous laisse imaginer les commentaires sexistes, ah les bonnes femmes ça c'est comme avec les créneaux, blablabla. Petite frayeur au passage.) bref, on simplifie ses bagages au max.

Et qu'on soit bien clair: tout départ pour destination soleil ne nécessite pas 10 bagages à la Kim K. Tout au plus on prend exemple sur ce qu'elle affectionne le plus: deux strings et trois maillots de bain, et basta.

Un voyage nature, tout comme mon no-make-up, pourquoi s'embarrasser, on est tellement belle naturellement avec un teint hâlé :D (mantra à se répéter 12 fois par jour pour y croire). Pas de talons non plus, si c'est pour les coincer entre deux lames de terrasse ou dans le sable, pas d'intérêt.

Une fois l'idée intégrée, la valise, souvent véritable casse-tête, devient plus facile à faire. Pour 18 jours, je m'étais dit que ça allait pourtant être compliqué. Que nenni! Une valise de 23 kgs acceptée par la compagnie aérienne, je suis partie avec à peine 15 kgs...qui dit mieux?

-----> La méthode magique pour une valise de Polly Pocket? La méthode japonaise: Rouler ses habits (ben oui comme un sushi). Bilan: des habits moins froissés, et plus de place. Méthode adoptée à 100%!

... la Polynésie: optimiser la place dans sa valise.#2

Et puis on compte, et on recompte (mais genre vraiment), on n'hésite pas à faire un tri à la verticale. Toi-même tu sais que tu ne mets pas la moitié de ce que tu as emporté. Et puis comme ça, ça laisse plus de place pour ramener de jolis souvenirs. (Ben oui tu crois que tes deux bouteilles de rhum ramenées de Guadeloupe, tu vas les faire passer comment?!).

Et moins de lessives à faire tourner au retour, c'est quand même une autre bonne raison.

- J'ai pris en majorité des petites robes (avec matière qui ne se froisse pas, pas bête hein?). Pourquoi des robes? Parce que c'est super pratique à la plage, ça donne moins chaud qu'un short ou une jupe avec un top, c'est un gain de place énorme dans la valise car peu de tissu ... et c'est joli, tout bénéf'. Et puis ça évite les associations haut/bas douteuses.

Et comme je me suis baladée les 3/4 du temps en maillots de bain, j'ai plutôt emmené pas mal de petits deux-pièces, normal pour la destination!

- Des robes longues pour le soir. Avantages: gain de place toujours (vs pantalons, jeans...), et adaptables à la météo: quand il fait frais, on a les jambes couvertes, et quand il fait chaud, on est aussi hyper bien dedans, un léger souffle d'air s'insinuant à l'intérieur quand on bouge... voui voui demandez aux bédouins pourquoi ils se promènent dans le désert en robe noire.

- Pour les sous-vêtements, de quoi faire la moitié du séjour, et j'ai donc bien sûr pris dans un petit flacon de 100ml un peu de lessive liquide genre Génie Sans Frotter, très pratique. Non je ne me suis pas baladée à poil, quoique j'aurais pu.

- Je me suis arrangée pour partir avec pull, foulard et veste en jean sur moi, puisque si vous avez déjà pris l'avion, vous n'êtes pas sans savoir que quand il fait -58C° à l'extérieur quand on est à 10 kms au-dessus du sol, ...et ben tu as l'impression qu'il fait -58°c aussi dans la cabine: on se pèle les miches en avion, c'est comme ça. Donc j'accumule les couches pour laisser de la place dans la valoche! La nana qui se lève pour aller aux chiottes avec deux paires de chaussettes dans les tongs, un pull, un sweat, un foulard, limite un bonnet et qui ne ressemble à pas grand-chose, un zombie tout au plus, c'est moi! Mais un zombie qui a chaud.

- Les chaussures: j'ai pris des baskets (pas servis une seule fois, tu parles). Comme je suis de la team tongs l'été, j'en ai pris deux paires (une seule servie....j'aurais pu encore gagner de la place, et ouais), et une paire de tongs/sandales plus habillées, pour le soir. Une paire d'aquashoes pour marcher sur la plage et dans l'eau, car il y a des morceaux de coraux partout, indispensables.

... la Polynésie: optimiser la place dans sa valise.#2

Evidemment une bonne trousse premiers secours, une autre pour ce que dame nature t'apporte gentiment sur un plateau, je-vais-me-la-faire-un-jour-celle-là, et trousse de toilette, avec bien sûr crèmes solaires et spray anti-moustiques.

Last but not least, masque, tuba et serviettes de plage, j'ai utilisé uniquement les serviettes microfibres Décathlon, pas chères, hyper pratiques car tiennent peu de place et ont un élastique intégré pour les rouler dans la valise.

Et croyez-moi ou non, c'est la première fois que j'arrive à fermer ma valise sans peiner... je me suis même demandée si je n'avais pas oublié quelque chose! Résultat des courses, le même poids que la valise de Monsieur, même pas pu entendre cette année la bonne vieille phrase " purée mais tu emmènes quoi là-dedans", gniark gniark, et bam prends-toi ça dans les gencives!

... la Polynésie: optimiser la place dans sa valise.#2

Publié dans Voyage, Astuces

Partager cet article

... la Polynésie: dreams are my reality #1

Publié le par Flo

... la Polynésie: dreams are my reality #1

Ia Orana!*

Oh l'autre, elle revient, comme ça ,au bout d'un mois sans nouvelles (mais j'avais prévenu), comme un cheveu sur la soupe.

Ben voui! Et pour cause: la Flo a réalisé un de ses rêves de petite fille : quand on me demandait où je voulais aller quand je serai plus grande, la réponse était Tahiti, tout ça parce que j'ai dû voir passer une photo avec un peu (beaucoup) de bleu, une île déserte et un cocotier, que ça paraissait loin, tellement loin que c'était du domaine de l'intouchable, le paradis au bout du tunnel. Et comme le chéri avait le même rêve, on s'est dit que le réaliser ensemble était plutôt une bonne idée, et une énorme chance (avec pas mal d'économies à faire avant, évidemment).

Nous avons eu le sourire scotché H24, la promesse a été tenue, de l'émerveillement à chaque regard, à chaque tête sous l'eau où se vit un autre monde. Une palette infinie de bleu, turquoise, emeraude, vert, changeante au gré du temps, un régal pour les yeux.

Je ne pourrai néanmoins pas vous retranscrire l'essentiel malheureusement : l'atmosphère, des panoramas à 360°C à couper le souffle, tout ce que je n'ai pas photographié ou filmé parce que j'ai simplement profité du moment (bien que nous ayons un bon petit stock de photos et vidéos tout de même, d'ailleurs, la Go Pro, outil indispensable pour un tel voyage), l'extrême gentillesse des Polynésiens, le sourire aux lèvres en vous voyant, (vous savez, le vrai sourire pas forcé). On retrouve de vraies valeurs bien perdues par chez nous, et ça fait du bien. Tout le monde parle avec tout le monde, truc qui n'existe plus dès que vous passez la porte de l'avion au retour à Roissy, et ce n'est pas un mythe. J'ai voulu tester. :D

Notre périple est fini, certes, snif, mais cerise sur la choucroute, je reviens et m'aperçois que le 30 novembre sort le Disney aux senteurs de Polynésie, encore un que j'ai hâte de voir, de belles images en perspective!

Et à très vite pour de nouveaux articles qui sentent bon le monoï, la coco, les infos et les anecdotes bien sympas!

... la Polynésie: dreams are my reality #1
... la Polynésie: dreams are my reality #1
... la Polynésie: dreams are my reality #1
... la Polynésie: dreams are my reality #1
... la Polynésie: dreams are my reality #1
... la Polynésie: dreams are my reality #1
... la Polynésie: dreams are my reality #1
... la Polynésie: dreams are my reality #1
... la Polynésie: dreams are my reality #1
... la Polynésie: dreams are my reality #1
... la Polynésie: dreams are my reality #1
... la Polynésie: dreams are my reality #1
... la Polynésie: dreams are my reality #1
source: rtl.fr

source: rtl.fr

source: rtl.fr

* Bonjour en Polynésien .ça claque hein?!

Publié dans Voyage

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>